projets d'intégration 1996-2011

2010

15.1. Cyprine

15.1. Cyprine

Résumé : Une jeune fille juive est astreinte par sa mère conservatrice, à l’observance des préceptes religieux, qui incluent le Mikveh, un bain rituel purifiant le « péché originel » féminin. Rangée en apparence, Cyprine – un surnom de la déesse Aphrodite – vit en secret une relation intime avec Lila, sa cousine affranchie et lesbienne. Prétextant l’étude du Pentateuque, elle est autorisée à visiter celle-ci. Cyprine aime avant tout exercer son pouvoir de séduction pour allumer un désir passionné : lorsqu’elle est enfin prête à sa relation avec Lila, elle s’abandonne à leur plaisir commun dans le bain purificateur.

Détails...

15.2. Le Grand Vertige

15.2. Le Grand Vertige

Résumé : Une poétesse à sa table de travail écrit sous l’inspiration des émotions ressenties depuis son dernier amour. Elle se remémore des moments marquants de celui-ci : la plénitude, l’indifférence, puis le départ de son jeune amant. Cette rupture la bouleverse et elle ne peut combler cette absence. Sa douleur ne s’atténue pas et sa recherche d’inspiration pour écrire, ne fait qu’exacerber son profond mal de vivre. Puis la voie s’ouvre, lumineuse devant elle : ne se retenant plus, elle se laisse glisser vers elle-même…

Détails...

15.3. La beaucoup trop longue histoire d’Émile

15.3. La beaucoup trop longue histoire d’Émile

Résumé : Émile est un homme propre, méticuleux, réglé et perfectionniste. Un « témoin en aparté » assiste à la vie quotidienne d’Émile et en relève les petites habitudes. Émile est terne, conservateur et prévisible. Sa vie entière se passe dans un conformisme où rien n’est remis en question. Émile préfère sa solitude et se considère au-delà de la masse. Il déteste la foule mais, tous les dimanches, il sert de partenaire à sa mère – une page blanche comme lui – qui fréquente la soirée dansante. Comme d’habitude. Comme tous les ans. Comme toujours.

Détails...

15.4. Sonate en trois temps

15.4. Sonate en trois temps

Résumé : Trois personnages féminins se rencontrent dans une église : une femme mature, une future mariée et une fillette. Toutes trois sont la seule et même femme à trois moments de sa vie. En flashback, la fillette assiste aux conflits entre son père dominateur et sa mère soumise. Future mariée, elle pressent que son union entraînera sa soumission et elle en aura la confirmation. Le piano exprime la passion de cette femme, fatiguée d’avoir toujours été soumise. En voix off, elle fait le bilan de son passé : avoir tenu le flambeau pour des croyances qu’elle n’a pas et qui l’obligeaient à toujours marcher dans l’ombre. L’église est le lieu ultime de son émancipation : toutes trois y sont réunies et s’avancent. La femme mature dépose son anneau sur le cercueil de son passé et s’en va. Devant elle, les portes s’ouvrent sur la lumière éblouissante de sa libération.

Détails...

15.5. J pour jadis

15.5. J pour jadis

Résumé : Un repas entre un père et sa fille tourne court avec une vive altercation : la fille exacerbée se réfugie au grenier où elle explose de colère et de pleurs. Une plainte ténue venant d’un coffre attire son attention : Gigi, un personnage de contes de son enfance, s’anime sur une feuille : elle a perdu son pichou. Un dialogue inusité s’amorce et Gigi lui propose de dessiner un monde pas compliqué. Après quelques essais ratés par des flashbacks négatifs du passé, la jeune fille réussit des croquis qu’elle suspend à une corde, au grand plaisir de Gigi qui s’y promène. En finale, le père apparaît, l’air interrogateur, dans la trappe du grenier, puis une citation de Ginette Anfousse s’inscrit sur fond noir.

Détails...

15.6. Ôde à la vie

15.6. Ôde à la vie

Résumé : Document vidéo qui illustre, de façon symbolique et métaphorique, des textes poétiques récités en voix off par Raôul Duguay.

Détails...

15.7. Fondu au noir

15.7. Fondu au noir

Résumé : Le cinéaste André Forcier raconte en voix off comment, à 25 ans, il eut le coup de foudre dans un bazar, pour une petite Sony n&b. Il en tomba tellement amoureux qu’il la personnifia. Dans sa confidence imagée, empreinte d’un humour léger, il raconte que celle-ci le déconcentrait tout autant qu’elle l’inspirait alors qu’il montait son court-métrage dans le studio d’un ami. Puis l’idée lui vint de se filmer lui-même en n&b au parc Lafontaine pour enfin se voir dans l’écran de sa Sony. Un jour, son ami découvrit l’usage de sa pellicule mais c’était trop tard : le jeune cinéaste amoureux, incarné par un jeune comédien, préférait son bonheur en n&b avec sa Sonia : « La vie en couleurs n’allait pas me manquer ».

Détails...

15.8. Pas de trois

15.8. Pas de trois

Résumé : Après une légère chute pendant une pratique, une danseuse de ballet – Camilla – est hospitalisée pour investigation : une bactérie logée dans ses jambes ne lui laisse qu’un mois à vivre. Bouleversé, un danseur ami lui remet son cahier où elle notait un ballet inachevé : elle en finit l’écriture, ainsi qu’une lettre à son ami. Elle assiste à la représentation de son ballet, exécuté par trois danseurs, tandis que deux narrations en voix off se complètent pour réciter sa lettre, qui compare la vie à une grande rivière, où « je m’y jette pieds joints et me laisse emporter. »

Détails...

15.9. No French No More

15.9. No French No More

Résumé : Un auteur-compositeur-interprète assis à une table de travail, réécrit la phrase « I must not talk french on the school grounds », répétée sur plusieurs pages. Quelques flashbacks en n&b sur son enfance, font revivre la réalité de cette interdiction à l’école, ainsi que la persévérance de deux femmes à lui parler en français. Le point culminant survient quand l’enfant écrit au tableau : « Moi je veux parler français », suivi de sa punition corporelle. Son geste décisif s’accompagne de la libération du compositeur qui déchire ses feuilles. En finale, narration en voix off de Zachary Richard : « Moi je veux parler français. La langue française est ma langue grande maternelle (…) » et il rend hommage, en les nommant, aux deux femmes qui l’ont initié au français.

Détails...